Late_Diagnosis_large

5 faits que tout le monde devrait connaître au sujet du cancer de l’ovaire

 
1er fait : Toutes les femmes courent le risque de développer le cancer de l’ovaire.

Chaque année, près d’un quart de million de femmes à travers le monde reçoivent un diagnostic de cancer de l’ovaire et la maladie cause 140 000 décès. Contrairement à d’autres formes de cancer, les pays développés et en développement sont touchés de la même façon par la maladie. Il est important de connaître les symptômes, les facteurs de risque et vos antécédents familiaux, aussi bien de la lignée paternelle que maternelle.

Illustration-diagrams_websized_annual_fr

 
2e fait : La connaissance des signes annonciateurs de la maladie pourrait sauver des vies.

Les experts croient que la fréquence et la combinaison de certains symptômes particuliers pourraient être des signes annonciateurs du cancer de l’ovaire. Si une femme éprouve fréquemment un ou plusieurs des symptômes suivants, elle devrait en discuter avec son médecin :

• Gonflement de l’abdomen/ballonnement constant (pas un ballonnement qui se manifeste à l’occasion)
• Difficulté à manger ou sensation d’être pleine rapidement
• Douleur abdominale ou pelvienne
• Besoin plus urgent ou plus fréquent d’uriner

Même si ces symptômes sont souvent associés à des problèmes de santé plus courants et moins graves, il est préférable de les vérifier.

3e fait : Le diagnostic à un stade précoce augmente considérablement les chances de survie d’une femme.

Lorsque le cancer de l’ovaire est dépisté à un stade précoce, alors qu’il est encore confiné à l’ovaire, jusqu’à 90 % des femmes sont susceptibles de survivre au-delà de cinq ans (la période habituelle de mesure de la survie pour l’évaluation des traitements contre le cancer). Une femme qui présente des symptômes pouvant être ceux du cancer de l’ovaire devrait être dirigée directement vers un spécialiste, qui pourra établir un diagnostic précis. Si elle reçoit un diagnostic de cancer de l’ovaire, un gynécologue oncologue, qui est un spécialiste des cancers féminins, est la personne la plus qualifiée pour la soigner.
 
4e fait : Le cancer de l’ovaire est souvent diagnostiqué à un stade avancé.

Le cancer de l’ovaire est souvent diagnostiqué alors qu’il est déjà à un stade avancé et les femmes tardent souvent à consulter. Elles peuvent penser que leurs symptômes sont causés par leurs menstruations, la ménopause, quelque chose qu’elles ont mangé ou qu’il s’agit d’un malaise digestif ou d’un simple mal à l’estomac. Les médecins attribuent souvent les symptômes à des causes moins graves au départ, mais la fréquence des symptômes devrait les inciter à envisager le cancer de l’ovaire. C’est pourquoi un journal des symptômes peut être utile
 
5e fait : De nombreuses femmes croient à tort que le frottis cervical (test Pap) permet de dépister le cancer de l’ovaire.

Ce n’est pas le cas. Il permet de dépister des modifications précancéreuses au col de l’utérus, ce qui est soigné avec beaucoup plus de succès que le cancer de l’ovaire.